ISSC
Institut Suisse de Sexologie Clinique

Accueil

Activités

Ateliers

Cafés Sexos

Cafés Couples

Journaux

Congrès

Liens

Question
Ejaculation précoce
Libido Hommes-Femmes
Erection en berne
Fantasmes érotiques
Grossesse-Post-partum
Fidélité-Infidélité
Hétéro-Homo-Bisexualité
Clitoridienne-Vaginale
Parents-Enfants
Pornographie
Religions et sexualité
Plaisir sexuel à 60 ans
Différences Hommes-Femmes
Difficultés d'érection
Nouvel amour mère-père
Amour sans sexe
Célibataires
Aimer et être infidèle
Fantasmes
Masturbation
Harcèlement
Alchimie
Déviances
Ménopause-Andropause
Rencontres Internet
Complexes physiques
Plaisir partenaire
Article Th. Mertenat
Beaucoup + jeune
Orgasme : une nécessité ?
Dictature Orgasme
Ruptures amoureuses
Tantra, Tao, Kamasutra
Libertinage
Domination-Soumission
Pornographie
Aimer le sexe
Ecriture Erotique
Exhibitionnisme-Voyeurisme
Infidélité
Grands-Parents
Désir d'enfant
Médicaments et sexualité
Cerveau organe sexuel
Sex-friends
Coup de foudre en EMS
Sexualité antidépresseur
Sexe ou Amour sur internet
Questionnaire d'évaluation
Tyrannie de la beauté
Amour sans passion
Plaisir féminin/masculin
Moralité et Sexualité
Partager ses désirs
Parler de sa sexualitæ
Fantasmes érotiques
1001 nuances de plaisir
Abstinence
Sexe, pouvoir, argent
Naturisme et nudité
Créer alchimie couple
Sexe Fort/Sexe Faible ?
Couples mixtes
Taille et Beauté
Satisfaction Sexuelle
1er soir
Jeux érotiques
Traitement Troubles Erection
Du toucher
Désir ou Amour
Jouets de l'amour
Le sexe et la honte
Peur engagement
L'infidélité, blessante et menaçante
Timidité handicapante
Monsieur a la migraine
Séduction misez-vous sur votre physique ou...?
50 ans après la révolution sexuelle
Le sexe c'est bon pour la santé?
Solitude à deux
Désir, sexualité et sentiments.. bien compliqué
Erotisme et pornographie, ressemblances, divergences.

Erotisme et pornographie, ressemblances, divergences.

12 décembre 2017 : Érotisme et pornographie, ressemblances ? Divergences ?

Introduction

Cette soirée est co-animée par Marie-Hélène Stauffacher, et le Dr Pierre-Alain Nicod. Après des années de médecine interne, le Dr Nicod a été sexologue durant plus de 20 ans dans le canton de Vaud, et après un séjour de 5 ans en Chine, il s'est établi dans le canton du Valais.

Nous avons eu quelque peine à rester dans le sujet, et des aspects « sexualité, le bien et le mal » ont souvent pris le dessus… le présent texte est un compte rendu de la soirée, et non une réflexion sur le thème cité en titre.

Pornographie, versus érotisme

Des dialogues ressort la tendance de considérer que la pornographie c'est négatif, et l'érotisme positif. La pornographie serait « mal », bestiale, primaire, choquante ; l'érotisme serait art, suggestion, sentiment, tendresse.

La pornographie serait ce qui choque, l'érotisme ce qui suggère, émoustille.

Mais il est quasi impossible de classifier les actes, représentations, en pornographiques d'un côté et érotiques de l'autre de manière universelle, car selon l'époque, le pays, selon nos éducation, origine, sexe voire état d'esprit du moment, une situation donnée sera perçue comme érotique ou pornographique, soit comme simplement excitante et acceptable ou alors choquante et à proscrire.

Des pièces de Baudelaire ont été interdites en son temps, et sont pourtant étudiées par nos enfants dans le cadre de l'école obligatoire ! Le film Titanic a été interdit dans certains pays pour pornographie…

La pornographie des uns c'est l'érotisme des autres. La pornographie dégoûte, provoque et choque voire dégoûte plus qu'elle n'excite, suggère. Elle est très souvent visuelle mais pas seulement : elle peut résider dans des livres par exemple. « La pornographie c'est ce que je ne ferais pas dans le réel. »

L'érotisme

Parmi les définitions ou approches de l'érotisme, relevons : l'érotisme c'est une expérience qui dépasse le niveau des organes sexuels. L'érotisme fait appel à la réflexion, au rêve.

un concept intéressant à prendre en compte dans cette question : la complicité. Quand il y a complicité il y a érotisme et non pornographie. En pleine scène de pornographie « gonzo » il peut arriver que l'on ressente une complicité entre deux partenaires… c'est la porte à l'érotisme. La scène pornographique est alors ressentie davantage comme érotique. Peut-on dire que l'érotisme s'adresse à l'humain, au sentimental, alors que la pornographie ne concerne que notre côté animal, primaire… ?

Il est reconnu que les femmes estiment généralement important et dans tous les cas plus agréable de faire l'amour avec des personnes pour lesquelles elles ont un sentiment, alors que les hommes dans leur majorité peuvent avoir des relations sexuelles sans sentiments (prostitution par exemple). Dès lors comment s'étonner que la pornographie s'adresse essentiellement aux hommes ?

La pornographie...

Ce qui est jugé comme pornographique et inadmissible dans certains pays ou cultures nous paraît à nous très acceptable, voire anodin. Par exemple en Asie on trouve des librairies spécialisées, en bas se trouvent les livres modérés, plus haut des récits et matériel plus « hard », tout en haut, la pornographie qui s'adresse aux femmes. Cette dernière y est jugée comme suffisamment choquant pour la cacher à presque tous !! La relation femme-femme est très choquante dans ces régions.

A l'inverse il est des choses que notre société juge comme inadmissibles au point de légiférer, alors qu'elles sont acceptables à l'étranger. Et de considérer par exemple la zoophilie que notre loi interdit, dans la représentation sinon dans l'acte proprement dit, et qui est pratiquée en toute légalité dans des bordels animaliers dans d'autres pays de notre continent (Danemark).

En guise d'accord a minima, on pourrait prendre en considération l'inceste et sa prohibition quasi-universelle. Mais sitôt ceci dit, il faut se mettre d'accord sur la définition de l'inceste : pour un père et sa fille la chose est évidente, mais s'agissant de cousins, les opinions divergent déjà !!

 

« La pornographie c'est ce que je ne ferais pas dans la réalité ». Cette formulation met aussi en évidence le côté très personnel, individuel de cette limite. En effet, ce que l'un ne ferait en aucun cas, son voisin de palier peut l'envisager, et certains prennent beaucoup de plaisir à le faire peut-être régulièrement.

La pornographie permet de découvrir ses propres goûts, ce qui nous excite. Cela peut toutefois être périlleux si cela nous renvoie une image de soi qu'on n'accepte pas… si cela fait apparaître des désirs et fantasmes qu'on assume pas.

Bien ou mal...

La douleur, la violence, l'agression c'est le côté sombre, c'est mal ; alors que la tendresse, les caresses, la douceur dans l'acte, c'est bien. Mais que dire de la pratique du sado-masochisme hard, qui apporte à ses pratiquants (consentants et enthousiastes) l'excitation et la volupté, l'orgasme et la sérénité ? Que dire à l'opposé de la grande douceur, tendresse dont peuvent faire preuve les abuseurs manipulateurs, qui amènent leur proie à des relations sexuelles accomplies dans la douceur et dans le consentement apparent, mais extrêmement dommageable pour la personne manipulée ; une situation que l'on peut retrouver dans des cas de pédophilie. On le voit, même le fait d'être consenti ne rend pas un acte acceptable, puisque l'accord du « partenaire » résulte peut-être de tromperie et de manipulation.

Une formulation serait de dire que le « mal » en la matière est la sexualité dommageable.

La pornographie est dommageable par exemple en ce sens qu'elle nous envahit. Elle apparaît sans notre consentement sur notre écran alors qu'on fait une recherche très sérieuse au bureau. Elle est accessible et donc accédée sur les téléphones portables de nos enfants de 12 ans ou de leurs copains ! Son envahissement dans la vie de tous est par exemple responsable de problèmes d'érections de certains hommes lorsqu'ils sont confrontés à une relation dans la vraie vie..

Perception très personnelle

Un participant, très libéré (et libertin) raconte avoir été choqué dans un commerce spécialisé, par la description lue et représentée sur la jaquette d'un DVD destiné au milieu homosexuel masculin, alors même que les actes décrits sur d'autres DVD (hétéros ceux-là), bien plus « hard » en réalité, lui semblaient acceptables. Même en étant très ouvert aux pratiques sexuelles hors norme, on peut être choqué par des choses qui semblent normales pour d'autres, peut-être moins ouverts mais ayant simplement des goûts différents (ici l'homosexualité) !

Pour imager la différence entre l'érotisme et la pornographie :

La différence entre les deux peut être rapportée à la lumière : une lumière blanche très crue et c'est la pornographie, un éclairage tamisé, doux et faible, c'est de l'érotisme..

Un passionné de Photoshop évoque l'effet « flou gaussien » et à l'inverse une accentuation de la netteté… Le flou est à l'érotique ce que la netteté est à la pornographie.

S'agissant de la limite entre la pornographie et l'érotisme, dans les clubs libertins il y a des "coins câlins" qui sont visibles par les autres participants… dans ces alcôves, l'éclairage est faible, et le voyeur peut soit voir les parties intimes des participants s'il se concentre sur ces endroits (et peut-être ressentir la scène comme pornographique), mais il peut aussi voir la scène globalement, et laisse son imagination faire le reste, il est alors davantage dans l'érotisme. La frontière entre les deux est très floue.

Et que fait l’État ?

L'état est supposé lutter contre la pornographie et surtout contre ses implications nuisibles. La pornographie est liée à l'argent et certains organisations ont bien davantage de moyens que bien des états. Il est donc difficile de lutter.

Mais l’État peut agir par exemple par une meilleure éducation à la sexualité, rendre les citoyens de tous âges plus critiques face à la pornographie. Par ailleurs on relève qu'il faudrait aussi parler aux jeunes de la sexualité comme quelque chose d'agréable et pas seulement de dangereux. L'éducation au plaisir, à la rencontre.

 

 

 

 

D'autres cafés-sexos, à Lyon...

Des cafés-sexos voient le jour à Lyon et sont désormais organisés les 2ème mercredis de chaque mois à 20:00, le premier a lieu dès demain. « 1967-2017 quel futur pour la révolution sexuelle ? ». Lieu : Café « Bomp », 1,pl. Croix paquet, à Lyon.
Un lien utile : www.cafesexodesgones.fr (une page facebook existe également)

 



AccueilActivitésAteliersCafés SexosCafés CouplesJournauxCongrèsLiensQuestion